Accueil

L'ostéopathie

Pourquoi consulter ?

Domaines d'intervention

Plan d'accés

 

EN QUOI CONSISTE L’OSTEOPATHIE ?


L'ostéopathie est une méthode thérapeutique manuelle, qui s'emploie à déterminer et à traiter les restrictions de mobilité affectant les structures composant le corps humain.

Selon son principe : toute perte de mobilité des articulations, des muscles, des ligaments ou des viscères peut provoquer un déséquilibre de l'état de santé.

L'ostéopathe exerce en s'appuyant sur une connaissance approfondie de l'anatomie et de la physiologie.

Il considère l'individu dans son ensemble : tout à la fois art, science et technique, l'ostéopathie repose en effet sur un concept philosophique : "l'homme est un tout".

Le praticien n'utilise que ses mains : il perçoit tensions et déséquilibres grâce à une palpation précise, minutieuse, exacte, qui est le fondement même de l'ostéopathie.

Grâce à cette qualité d'écoute, l'ostéopathie est une thérapie préventive et curative.

L'intervention de l'ostéopathe est toujours parfaitement dosée : c'est la recherche du geste minimum indispensable et bienfaisant.



PRINCIPES


Les principes-clés du Docteur Andrew Taylor Still, fondateur de l’ostéopathie en 1874


« La nature a fait un travail parfait. Si on rétablit un corps parfaitement en rééquilibrant ses structures, la nourriture et le repos sont seuls nécessaires pour aider la nature à faire le reste ».

«La structure gouverne la fonction »
Là où la structure est normale et harmonieuse, la maladie ne peut se développer.
La perfection de chaque fonction est liée à la perfection de la structure qui la supporte, chaque partie du corps étant interdépendante des autres parties.

«L’homéostasie»
Le corps possède la capacité de maintenir la stabilité de ses constantes physiologiques et contient tout pour s’autoréguler et se maintenir en bonne santé.

« La règle de l’artère est absolue »
Là où la circulation sanguine s’effectue normalement, la maladie ne peut se développer.
Notre sang transporte tous les éléments nécessaires pour assurer l’immunité naturelle et lutter contre la maladie.

« L’homme est un tout»
Le Docteur STILL affirme l’unité et l’interdépendance de toutes les parties du corps, mais aussi l’unité du corps et de l’esprit.


CONSULTATION

Déroulement d’une séance de soins

L’ostéopathe commence sa consultation par un interrogatoire du patient et un examen approfondi de ses bilans radiologiques et biologiques.

Grâce à des tests palpatoires spécifiques, l’ostéopathe va ensuite chercher les zones du corps présentant des restrictions de mouvements susceptibles d’altérer l’état de santé.

L’ensemble de ces tests permet de poser le Diagnostic Ostéopathique Spécifique (D.O.S.).

Les mains du praticien vont chercher, trouver et réharmoniser l’ensemble des structures perturbées dans leur mobilité.

Le geste ostéopathique est doux, indolore et fait appel à la mobilité propre de chaque tissu.

L’ostéopathe choisit la technique la mieux adaptée et la plus confortable pour chaque patient, en fonction de son âge et de sa morphologie.

Par exemple, un genou et un estomac peuvent perdre leur mobilité, mais étant formés de tissus très différents leur traitement fera appel à des gestes différents.

Les interventions manuelles de l’ostéopathe vont stimuler les systèmes physiologiques du corps humain, en ayant la possibilité d’agir sur tous les tissus corporels :

- articulaires : pied, cheville, genou, hanche, coude, épaule, maxillaire, crâne, colonne vertébrale…
- viscéraux : foie, estomac, vessie, intestins…
- vasculaires, respiratoires, nerveux, osseux, conjonctifs…

Selon les cas à traiter, les temps de traitement seront différents.

Pour une pathologie aiguë (séquelles d’entorse, par exemple), une à deux consultations peuvent suffire.

Pour une pathologie chronique, le traitement pourra être plus long.

Il est en effet erroné de penser que la sédation de la douleur signifie la guérison.



LES DIFFERENTES TECHNIQUES OSTEOPATHIQUES


Les techniques structurelles


Ce sont des techniques à visée articulaire, agissant localement sur la lésion elle-même.

C’est par exemple le geste de correction sur une entorse qui fait cesser le spasme musculaire et permet de retrouver la mobilité de l’articulation. 

Ces techniques sont toujours réalisées en douceur, en restant dans les limites physiologiques de l’articulation.

Plus la mise en tension sur l’articulation est précise, plus la force appliquée est minime.


Les techniques fonctionnelles


Elles se différencient des techniques structurelles par la participation totale de l’individu à son traitement.

L’ostéopathe n’agit pas seul, il permet au patient, par des points d’appui sur son corps, et par l’intermédiaire des fascias, des muscles, de la respiration, d’aider à la correction.

Ces techniques permettent, par exemple, de réguler le transit intestinal.



Les normalisations de type Sutherland



Elles sont très douces, les pressions n’excédant pas 5 à 20 g à la pulpe de chaque doigt.

Les mouvements des mains de l’ostéopathe sont à peine perceptibles.

Elles sont utilisées pour soigner des phases hyperaiguës, un torticolis par exemple.

Elles libèrent des sutures crâniennes, par des manœuvres d’équilibration du rythme et de l’amplitude du mouvement crânien.

Le résultat obtenu est un meilleur équilibre neuro-végétatif : augmentation du tonus général ou relaxation et détente, selon les cas.


Les techniques fonctionnelles myotensives



Le patient est actif, il coopère au geste qui va le soulager.

Ce sont des manœuvres de contraction-relâchement musculaire.

Elles sont indiquées dans les phases aiguës de lumbago, d’inflammation locale.

Cette méthode est indolore, active et s’adresse aussi bien aux vieillards qu’aux enfants.



Les techniques « crânio-sacrées »

Le traitement crânio-sacré (occiput et sacrum) est une spécificité de l’ostéopathie.

Il est très utilisé pour les nourrissons dès la naissance.

L’ostéopathe, par son action manuelle, est capable de sentir des mouvements spécifiques au niveau du crâne.

Ces mouvements sont rythmiques et tout l’art de sa palpation sera de déterminer la qualité et la quantité de leur amplitude.

Ce mouvement alternatif est appelé Mouvement Respiratoire Primaire (M.R.P.).
 
L’occiput et le sacrum possèdent un rythme : ces deux os forment un couple biodynamique appelé « mouvement crânio-sacré ».

Cette particularité permet au praticien d’intégrer ce paramètre dans son Diagnostic Ostéopathique Spécifique (D.O.S.), afin de qualifier et quantifier son traitement manuel.

Ceci explique que l’ostéopathe, lors de sa consultation, investigue autant le crâne que le sacrum.