Accueil

L'ostéopathie

Pourquoi consulter ?

Domaines d'intervention

Plan d'accés

 

OSTEOPATHIE ET MAL DE  DOS


Le “mal de dos” (lombalgie, dorsalgie, cervicalgie) est le cheval de bataille de nombreuses spécialités médicales ou paramédicales : rhumatologues, vertébrothérapeutes, kinésithérapeutes.

L’approche thérapeutique de ces affections par l’ostéopathie est différente par le concept et spécifique par les techniques utilisées.

Différente, car l’ostéopathe considère dans la majorité des cas ce symptôme comme la conséquence d’une suite adaptative plus ou moins complexe.
Par exemple, une douleur dorsale peut être liée à des maux d’estomac ou à une dysfonction de la vésicule biliaire.
Spécifique, car l’ostéopathe utilise une gamme d’outils thérapeutiques allant de la manipulation vertébrale aux techniques viscérales et crâniennes.


L’ostéopathie : une thérapie pour tous les âges

Chez l’enfant, la douleur de dos générée par le port d’un cartable trop lourd, par une chute, par une scoliose, n’est jamais à négliger.

Chez la personne âgée, les douleurs ne sont pas une fatalité, même en cas d’arthrose ou d’ostéoporose.

Des techniques douces et adaptées permettront de les soulager.

Cette approche originale n’exclut en aucun cas les examens ni les bilans conventionnels, qui devront être préalablement effectués.


L’ostéopathie : une thérapie adaptée

Le mal de dos : UNE DOULEUR = DES ORIGINES DIFFERENTES.

Le praticien, grâce au diagnostic ostéopathique spécifique (D.O.S.) peut déterminer les différentes origines de la douleur.

Tenant compte de la globalité de chaque individu, il traite les structures impliquées dans l’apparition de cette souffrance.

Par exemple, la contrainte mécanique exercée sur la zone lombaire est majorée ou provoquée par des facteurs locaux ou éloignés de la zone douloureuse et d’origines diverses :
- colites fonctionnelles spasmodiques
- utérus mal positionné, endométriose
- cicatrices et adhérences viscérales
- séquelles de chutes, accidents de voiture
- entorses (chevilles, genoux)
- traumatismes crâniens

Ainsi, il ne faudra pas s’étonner de consulter pour le bas du dos et d’être soulagé par la correction ostéopathique d’un pied ou d’un intestin.

Nos habitudes gestuelles, nos obligations professionnelles, les stress du quotidien, l’ergonomie de notre mobilier, une mauvaise alimentation, sont autant de causes de douleurs vertébrales.


OSTEOPATHIE ET NOURRISSON


Chaque naissance devrait être suivie d’un examen ostéopathique attentif.

L’accouchement peut être le premier des traumatismes pour le bébé.
Trop long ou trop court, il peut perturber le fonctionnement normal des structures crâniennes.
Difficile, il nécessite parfois l’emploi de spatules, ventouses ou forceps, qui vont influer sur la mobilité des jonctions des os du crâne et occasionner des troubles fonctionnels immédiats ou ultérieurs.

Souvent, les nouveaux nés naissent avec la tête un peu déformée, le crâne en obus, un œil plus fermé que l’autre, une oreille plus en avant que l’autre, le nez un peu écrasé…

Les parents s’entendent dire que cela se remettra tout seul…
Apparemment oui, mais l’équilibre crânien est rompu et il y a une dysfonction qui relève d’un traitement ostéopathique.


Quand consulter ?

- quand l’accouchement s’est effectué sous péridurale
- quand le travail a été trop long (plus de huit heures) ou trop court (moins de deux heures)
- en cas de grossesse gémellaire
- quand la présentation s’est faite par la siège, par la face ou par le front
- quand on a tiré trop fort sur la tête
- quand le cordon s’est enroulé autour du cou
- quand il y a eu prématurité (le crâne est plus fragile)
- quand on a appuyé sur le ventre de la maman pour faciliter l’expulsion
- quand on a utilisé les forceps, la ventouse
- en cas de césarienne
- en cas de souffrance fœtale, de réanimation même légère du bébé.


Apprendre à observer son bébé et consulter quand :

- il se cambre en arrière quand on le prend ou quand on lui donne la tétée
- le bébé est crispé avec les bras ou les mains raides
- il sursaute au moindre bruit et montre de petits tremblements
- il est atone et a du mal à tenir sa tête
- il pleure tout le temps
- il dort très peu
- il régurgite trop
- il ne digère pas et il est agité après la tétée
- il a du mal ou met un temps infini à téter
- il use ses cheveux derrière la tête de façon asymétrique
- il est tombé de la table à langer (même si les radios du crâne n’ont montré aucune lésion)
- il a une mauvaise position des hanches, des pieds
- il met toujours un bras en arrière
- il tourne toujours la tête du même côté et dort toujours du même côté
- il louche de façon permanente
- il a des otites et des bronchites à répétition, il a une respiration bruyante.

Un examen très doux des différentes mobilités physiologiques (crâne, sacrum, abdomen…) détectera aisément les dysfonctions mineures à l’origine de tous ces maux.

Par une correction manuelle appropriée, toujours en douceur, votre bébé retrouvera toute sa joie de vivre.

Les mains expertes et attentives d’un ostéopathe lui permettront de bien démarrer dans la vie.

 

OSTEOPATHIE ET GROSSESSE


Traitement des troubles de la grossesse :

Lors de la grossesse, il est fréquent qu’apparaissent des troubles fonctionnels :

- mécaniques : douleurs coccygiennes, vertébrales ou sciatiques.
- digestifs : nausées, vomissements, remontées acides, digestions difficiles.
- uro-gynécologiques : infections urinaires, mycoses, sensations de pesanteur.
- obstétricaux : présentations difficiles (siège, transverse), contractions ou spasmes utérins.

Toutes ces dysfonctions peuvent être traitées et améliorées par des séances d’ostéopathie régulières au cours de la grossesse.


Confort de la grossesse
 :

Le suivi ostéopathique apporte à la future maman et à son bébé un bien être certain pour une grossesse harmonieuse :

- la gestion du stress
- l'amélioration des fonctions respiratoires
- la relations mère-enfant
- l'amélioration des troubles circulatoires.

L’ostéopathie permet une meilleure adaptation de l’organisme aux changements de contrainte tissulaire et aux pressions abdominales liés à la grossesse.


Préparation à la naissance :

Toute séquelle de traumatisme du bassin est susceptible de perturber le bon déroulement de l’accouchement.

Par son travail spécifique, l’ostéopathe s’assure de la bonne mobilité du bassin et de l’axe vertébral, notamment dans les cas de :

- chute ancienne sur le coccyx
- fracture du bassin, luxation
- accident de voiture
- cicatrice d’épisiotomie
- ancienne péridurale douloureuse.

L’ostéopathie, technique tissulaire manuelle douce, est sans danger pour la maman et le fœtus.

Elle ne dispense en aucun cas d’un suivi obstétrical conventionnel.

Le travail de l’ostéopathe s’intègre alors à part entière dans le suivi de la grossesse par l’équipe médicale (sage-femme, gynécologue, obstétricien).



OSTEOPATHIE ET ENFANT

Ostéopathie et petite enfance :

A l’âge de l’apprentissage de la marche, des chutes, même anodines, peuvent provoquer différents troubles :

- sommeil perturbé
- affections O.R.L.
- excitation, colère, énervement.
- digestion perturbée, constipation.
- déviation de la colonne vertébrale.
- pieds ou genoux mal positionnés etc.


Ostéopathie et scolarité :

L’enfant décrit à l’école comme “ne tenant pas en place, rêveur, manquant de concentration, dyslexique…” trouvera une aide certaine dans le traitement ostéopathique.

Ce suivi lui permettra de se détendre, de mieux se concentrer et d’être ainsi plus attentif.

Les enfants sont particulièrement réceptifs et sensibles au confort apporté par le traitement.

Les difficultés scolaires seront d’autant plus améliorées que le traitement sera précoce.


Ostéopathie et colonne vertébrale :

Les troubles de la statique chez l’enfant (scoliose, lordose, cyphose) sont le signe d’une mauvaise adaptation du corps.

Les causes, qui peuvent être viscérales, traumatiques, crâniennes, seront déterminées par un diagnostic ostéopathique spécifique.

Des techniques de correction adaptées amélioreront ces troubles vertébraux.

La collaboration avec d’autres professions de santé est parfois nécessaire.


Ostéopathie et orthodontie
 :

A l’heure actuelle, on pose de plus en plus d’appareils dentaires et de nombreux orthodontistes travaillent en collaboration avec les ostéopathes pour la réussite du traitement et pour le confort de l’enfant.

L’appareil orthodontique prend appui sur les structures du crâne pour faire levier sur la mâchoire et les dents.

Ces contraintes peuvent provoquer :

- maux de tête, maux de dos.
- vertiges.
- troubles visuels.
- difficultés de concentration.
- modification de l’humeur.

Un suivi ostéopathique régulier au cours des soins dentaires est nécessaire pour pallier à ces maux, contrôler et guider les réactions du crâne et du corps.

Dans tous les cas, apprenez à observer votre enfant et à l’écouter.
Une plainte répétée doit vous alerter.


OSTEOPATHIE ET SPORT


Toute perte de mobilité des articulations, des muscles, des ligaments ou des viscères peut provoquer un déséquilibre de l’état de santé.

Celui-ci se manifeste chez le sportif par différents symptômes, de la simple contracture à la douleur chronique, altérant les performances.

Une structure équilibrée + mobilité correcte = fonction optimale.

L’ostéopathie améliore vos performances.

Par son action spécifique sur l’ensemble du corps, l’ostéopathe saura reconnaître et traitera les véritables causes des douleurs limitant la pratique de l’activité sportive.

Par son efficacité, il améliore le potentiel et la puissance musculaire, la souplesse articulaire et la capacité respiratoire.

Le traitement ostéopathique permet également une meilleure concentration avant l’épreuve et une récupération optimale après l’effort.


L’ostéopathie chez l’enfant sportif :

Elle est particulièrement indiquée pour corriger les conséquences des chutes et traumatismes.

De manière préventive, des bilans réguliers sont également recommandés pour suivre l’enfant sportif dans son développement.

Il est intéressant de contrôler les candidats qui se destinent à une activité sportive intense.

La conservation de l’équilibre de leur corps permettra de pratiquer ce sport durablement.


Quand consulter ?

À titre préventif : pour établir un “check up”, pour préparer une épreuve.
À titre curatif :
- pour rééquilibrer de façon très précise les axes articulaires qui ont été perturbés par un choc.
- après fractures, entorses, opérations chirurgicales pour aider à une bonne cicatrisation.
- pour effacer les traumatismes même anciens.


Mais aussi en cas de

- chutes sans traumatismes osseux ni lésions visibles sur une radio.
- douleurs articulaires diverses.
- Tennis-elbow, talalgies, pubalgies, périarthrites, épicondylites…
- essoufflement à l’effort, “point de côté”…
- sciatiques, cruralgies, cervicalgies, dorsalgies, lombalgies.
- maux de tête, troubles de l’équilibre, vertiges.
- mauvaise récupération entre les épreuves.
- stress, manque de concentration, troubles du sommeil.


Les Ostéopathes et le sport :


A la demande d’organisations sportives, des ostéopathes interviennent sur des manifestations de renommée comme : Tour de France à la Voile, Trophée Clairefontaine, Evian Masters (golf), Coupe du Monde d’escalade, Paris-Nice challenge/VTT, Raid Trans Massif, Championnat du Monde de Moto-marine, Air France Rugby Seven, Rallye de Monte-Carlo, Finale des Championnats de France Féminin de Tennis…

Ils sont aussi présents sur de nombreux circuits automobiles et sur des rallyes raids.


OSTEOPATHIE ET ACCIDENT DE VOITURE

Névralgies, sciatiques, lombalgies, maux de tête, insomnies… sont peut être les séquelles tardives d’un ancien accident de voiture.

Même si aucune lésion n’est apparente aux examens radiologiques, même si le traumatisme qualifié de “coup du lapin” a été modéré, l’onde de choc reste "inscrite" dans le corps de l’accidenté et occasionne troubles et douleurs.

Que se passe-t-il lors d’un accident ?

Le conducteur et les passagers sont maintenus par leur ceinture de sécurité qui croise le thorax au niveau du sternum et fixe les deux os latéraux du bassin sur le siège.

Lors du choc, des pressions vont s’exercer sur ces zones.

La tête part violemment en avant, entraînant dans son mouvement toute la colonne vertébrale et le sacrum (os du milieu du bassin).

Le corps est ainsi soumis à une importante force d’inertie qui dépasse ses capacités d’absorption.

Certaines structures se trouvent alors en conflit les unes avec les autres, provoquant symptômes et douleurs (parfois à retardement).

Le crâne et bassin sont liés anatomiquement.

En effet, la dure-mère, membrane méningée qui tapisse la boîte crânienne se prolonge comme un tube dans la colonne vertébrale et s’attache solidement sur le sacrum tout en bas.

C’est à cause de ce rapport anatomique particulier qu’un choc sur le sacrum peut entraîner des problèmes crâniens à distance.

De même un choc sur la tête peut provoquer des douleurs lombaires.
Ce lien dure-mérien est spécifiquement travaillé par l’ostéopathe.


Quand consulter ?

- Après tout type d’accident.

- Même en l’absence de signes radiologiques “objectifs”, la peur, l’émotion ont pu suffire à bloquer la respiration, gêner le fonctionnement du diaphragme thoracique et entraîner des compensations douloureuses.
L’ostéopathe, par la palpation fine, retrouve “la cause de la cause”.

- Dans tous les cas où il y a eu traumatisme crânien avec ou sans perte de connaissance (après consultation en service spécialisé).

- Dans les cas de douleurs vertébrales, cervicales, dorsales ou lombaires.

- En cas de perte de mémoire, troubles de la vue, de l’audition, de l’olfaction, insomnies, vertiges.

- En cas de contusions ou de séquelles de fractures.

- Et dans tous les cas où la pression de la ceinture ou du volant a pu provoquer :

- des gênes et des douleurs respiratoires (la personne ne peut plus respirer " à fond ")
- des sensations d’angoisse, d’oppression.
- des douleurs au niveau du sternum.
- une fatigabilité, une baisse de « tonus » ou un état dépressif.